image-actualites-1

Actualités du sahel

Je m'abonne gratuitement à la Newsletter

Actualités

21/01/2013

Pour la résilience au Burkina Faso

image-actualites-famine

Prévenir les crises ne suffit pas. Il faut aussi intervenir sans délai après chaque période critique pour permettre aux plus défavorisés de se relever. Avec le lancement du projet « Résilience au Burkina Faso »*, SOS SAHEL s’engage une nouvelle fois aux cotés des burkinabè pour un projet de grande ampleur.

Un projet, plusieurs objectifs

Dans les régions du Nord et du Centre Nord du Burkina Faso, la pauvreté des populations reste un objet de préoccupation majeur. Les récurrents déficits céréaliers vécus ces dernières années, la mauvaise pluviométrie, la pauvreté des sols, l’insuffisance des connaissances techniques des producteurs et la faible diversification des cultures et d’activités génératrices de revenus…autant d’éléments qui fragilisent les moyens de survie des ménages pauvres et très pauvres.

Aussi, l’action sur le terrain va concourir notamment à satisfaire la couverture des besoins alimentaires, diversifier la production, améliorer la qualité nutritionnelle des repas, réduire les stratégies néfastes d’adaptation aux changements climatiques et à l’insécurité alimentaire. Pour ce faire, un appui à la réhabilitation et à l’exploitation de périmètres maraîchers sera mis en place, ainsi qu’un aménagement de bas-fonds. L’accès aux intrants agricoles et la production agricole seront favorisés et les capacités de prévention de la malnutrition seront renforcées.

La résilience au cœur du projet

Grâce à la combinaison de ces différentes actions, les ménages burkinabè pourront non seulement couvrir leurs besoins alimentaires, mais aussi restaurer leurs moyens d’existence et mieux faire face aux prochaines campagnes agricoles. Le concept de résilience est la clé de voûte de ce projet.

« Il y a deux façons d’intervenir après une crise, l’une globale et indifférenciée, l’autre, celle que nous voulons mettre en œuvre, qui vise à cibler le plus précisément possible des besoins réels des populations sinistrées. En décidant de cibler les ménages pauvres et très pauvres, le projet touche une frange de la population plus affectées par la crise agricole 2011-2012», explique Salifou Ouedraogo, directeur Afrique de l’Ouest SOS SAHEL.

Fondé sur une analyse profonde et intégrée des crises sahéliennes, le constat est sans appel : au Sahel, les crises alimentaires ne peuvent plus être traitées comme des événements ponctuels, liés aux seuls aléas environnementaux. L’insécurité alimentaire et nutritionnelle est devenue un problème chronique, structurel, qui appelle une réponse durable.

« Si on ne cible pas les plus exposés, ils resteront toujours dans leur état d’extrême pauvreté et ne s’en sortiront jamais. Les effets de la crise alimentaire de 2012 ne se sont pas encore estompés et si la récolte de cette année s’annonce meilleure, les plus démunis ont quand même vidé leurs greniers ou ont emprunté et nécessitent une aide appropriée. » (Salifou Ouedraogo).

Au cœur de ce projet, la résilience s’impose donc comme un concept clé, à hauteur des ambitions portées par SOS SAHEL au Burkina Faso.

« Projet d’appui à la lutte contre l’insécurité alimentaire et nutritionnelle des populations pauvres et très pauvres dans les régions du Nord et du Centre Nord du Burkina Faso » - en partenariat avec l’Union Européenne