image-actualites-1

Actualités du sahel

Je m'abonne gratuitement à la Newsletter

Actualités

13/04/2015

Découvrez la Lettre du Sahel n°130 - Les sols, source de vie

Elle est sèche, dure comme de la pierre. Les mottes éclatent en une vilaine poussière quand leurs mains les effritent. Elle, c’est la terre, leur terre. Eux, petits agriculteurs villageois, ne savent pour la plupart ni lire ni écrire. Le sol, c’est un mot pour les livres.

De cette terre dépend la sécurité alimentaire de toute la communauté : les sols accueillent les cultures, nourrissent les bêtes, servent d’assise aux maisons, fournissent aux familles l’essentiel de leurs revenus.

Au Burkina Faso, au Niger, les équipes projet de SOS SAHEL initient villageoises et villageois à toutes ces « bonnes pratiques » en utilisant les champs-école. Au Sénégal, les cuvettes maraîchères verdissent au creux des dunes fixées par de jeunes plantations, la production de carottes est optimisée.


DÉCOUVREZ LES ACTIONS MENÉES SUR LE TERRAIN PAR SOS SAHEL

Capture d’écran 2015-04-09 à 12.03.39

AU SOMMAIRE :

Edito, p.2

Pourquoi 2015 est l'année internationale des sols, p.2

Les sols, source de vie, p.3

Protéger les sols, préserver la vie, p.6

Des solutions pour l'agriculture familiale, p.7

Je télécharge la Lettre du Sahel

TÉMOIGNAGE

Mamadou est agriculteur dans la région des Niayes au Sénégal. Dans cette zone de bord de mer, le sable poussé par le vent forme des dunes de sable qui menacent les terres arables des cuvettes maraîchères de la vallée. Pour protéger ses terres et sa famille, il a entrepris de vastes travaux de reboisement.

mamadou

Capture d’écran 2014-11-17 à 16.58.17J’ai construit ma maison de mes propres mains en 2003. Nous nous y sommes installés avec ma famille. Depuis quelques années, la dune qui surplombe ma maison et mes parcelles maraîchères ne cessait d’avancer : les fondations de la maison ont été mises à nu par le vent et le sable commence à les ronger.

Si je n’avais pas reboisé cette dune, le sable aurait tout recouvert et tout détruit. En 2010, j’ai commencé à planter des arbres sur cette dune et à construire une clôture pour les protéger des animaux errants. Les arbres ont été produits dans une pépinière de SOS SAHEL. Toute ma famille et mes voisins m’ont aidé pour ces travaux difficiles.

J’ai constaté l’efficacité dès la première année, l’avancée du sable s’est arrêtée.

Maintenant, la dune est bien fixée et ne menace plus ma maison, ni ma parcelle maraîchère. C’est primordial : ces sols que je protège du sable fournissent les aubergines, le chou, les poivrons consommés tous les jours par mes enfants.

En plus, je peux même commencer à exploiter les arbres : aujourd’hui déjà, quelques uns me fournissent du bois de chauffe et de construction. Dans 4 ans, je pourrais exploiter tous les arbres, tout en assurant un renouvellement des plants. Capture d’écran 2014-11-17 à 16.58.23