image-actualites-1

Actualités du sahel

Je m'abonne gratuitement à la Newsletter

Actualités

06/09/2013

Mali : contrer la récession sociale

La pauvreté est l’une des causes premières de dégradation des conditions de vie d’une population. Aucun développement durable n’est envisageable sans un environnement social satisfaisant. Au Mali, le système social s’est considérablement dégradé : la santé publique et l’éducation constituent donc une priorité pour SOS SAHEL dans cette région.

 

Des vacances forcées pour les enfants du Mali

 Suite aux événements de 2012 au Mali, le système scolaire a bien du mal à se relever alors qu’avant la crise, l’école était déjà en grande difficulté.

 En quelques mois, près de 200 000 enfants ont été chassés des écoles pillées et détruites. Aussi, c’est déjà surchargées que de nombreuses écoles ont dû accueillir des enfants déplacés, augmentant considérablement le nombre d’élèves par classe et réduisant par la même la qualité des fournitures disponibles.

 La région de Tombouctou en particulier présentait déjà des faibles taux que le conflit a largement aggravés. Avant la crise, un peu plus d’un tiers (soit 36,8%) seulement des enfants en âge d’aller à l’école était effectivement scolarisé. De même, moins d’un adulte sur cinq (16,3%) était alphabétisé.

 Cette situation déjà alarmante s’est encore dégradée depuis 2012, alors que toutes les écoles ont fini, peu à peu, par fermer leurs portes. Archives, manuels scolaires, le bois des tables-bancs…tout a été détruit ou utilisé comme bois de chauffe. Les portes et fenêtres ont été enlevées et emportées.

 Pas de développement sans un système de santé viable

Les centres de santé communautaires ont connu le même sort que les écoles. Les ambulances ont été confisquées. Celles qui n’étaient pas en très bon état de fonctionnement ont été entièrement dépouillées.

Le système de santé tout entier est remis en question : plus aucune trace des carnets de santé, des suivis de vaccination et des prescriptions de médicaments. Il n’y a plus d’électricité en journée, et ne restent aux quelques machines laissées sur place que quelques heures de fonctionnement en soirée.

Pour autant, la maladie n’attend pas : les indicateurs révèlent une poussée de certaines maladies d’origine hydrique telle que le choléra dans les localités situées le long du fleuve.

Ecoles et centres de santé ayant été pillés :

 

 Source : Données recueillies sur le terrain par les équipes de SOS SAHEL

 

SOS SAHEL s’engage aux côtés des Maliens

Présente au Mali depuis le début des années 1990, SOS SAHEL se mobilise à nouveau pour faire face à ces nouveaux défis. Les équipes de terrain ont repris leurs activités et s’organisent pour soutenir les populations de la Région de Tombouctou par la mise en œuvre d’actions urgentes de réhabilitation du système social du Mali.

Les priorités sont simples : acquérir et distribuer des kits scolaires pour faciliter le retour et le maintien des enfants à l’école, réhabiliter les écoles et les équiper de mobilier et matériel scolaire (tables-bancs, bureau et armoire, manuels) ainsi que de kit d’éclairage solaire pour les locaux non électrifiés.

Dans le domaine de la santé, il faudra doter les centres de santé communautaires vandalisés et pillés de médicaments essentiels, d’équipement d’hospitalisation et d’ambulances.

 

Pour en savoir plus sur les projets de SOS SAHEL au Mali :

http://www.sossahel.org/actu/de-retour-de-mission-au-mali-sos-sahel-relance-ses-activites/

http://www.sossahel.org/carte/?type=1&id=5