image-actualites-1

Actualités du sahel

Je m'abonne gratuitement à la Newsletter

Actualités

06/06/2016

Le défi de l’insécurité alimentaire au Sahel

 

Selon l’étude de Nathalie Troubat, analyste de la sécurité alimentaire et de la nutrition FAO, les six pays francophones du Sahel, Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger, Sénégal et Tchad  font face aux mêmes défis :un environnement menacé, un climat semi-aride, une économie de subsistance basée sur le pastoralisme et sur la culture fourragère, et la même diversité ethnique. Ces pays souffrent tous des mêmes fléaux : l’enclavement qui rend l’ouverture commerciale difficile, le faible accès à la nourriture, un réseau routier médiocre, etc... L’étude a pour objet de faire un état des lieux des progrès réalisés en termes d’insécurité alimentaire, en dépit de ces facteurs.

Dakar, Niamey et Nouakchott sont parvenus à réduire de 50% le nombre de personnes en sous-alimentation. Cependant, au Tchad et au Burkina Faso, les progrès sont minimes. En effet, la population ne cesse d’augmenter et le nombre de personnes sous-alimentées ne baisse pas. Au Burkina Faso, une personne sur cinq souffre encore de la faim contre une sur trois au Tchad.

D’après Madame Troubat « dans les pays francophones du Sahel, à l’exception du Sénégal et de la Mauritanie, le secteur agricole génère plus de 30% de la valeur ajoutée et moins de 10% de l’offre de céréales domestiques provient des importations de sorte que la lutte contre la faim passe inévitablement par l’augmentation de la production agricole domestique».

Les Objectifs de développement durable adoptés en 2015 sont toujours à l’ordre du jour et en particulier celui d’éradiquer la faim, d’assurer la sécurité alimentaire et d’améliorer la nutrition et promouvoir une agriculture durable d’ici 2030. Pour relever ces défis, le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger, le Sénégal et le Tchad doivent « renforcer les politiques de sécurité alimentaire existantes, rétablir la sécurité dans les zones à risques, et faire en sorte que le développement économique soit plus participatif et inclusif, c’est-à-dire qu’il ne laisse pas de côté les personnes les plus vulnérables. »