image-actualites-1

Actualités du sahel

Je m'abonne gratuitement à la Newsletter

Actualités

02/12/2014

Jeunesse et agriculure : deux défis majeurs pour l'Afrique de demain

D’après l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture, la planète comptera plus de 9 milliards d’habitants en 2050. Le principal défi : nourrir les hommes. L’Afrique et le Sahel en particulier sont au centre des préoccupations. Cependant, si la situation est alarmante, elle est loin d’être désespérée : la jeunesse de sa population et l’immensité de ses terres encore non-exploitées peuvent permettre à l’Afrique de devenir le grenier du monde. Pour atteindre cet objectif, SOS SAHEL travaille en coopération étroite avec les communautés locales.

Ethipie_IMG_0161b Les jeunes et les terres arables : deux atouts majeurs du continent

Avec 40% de la population âgée de moins de 15 ans et plus de deux cents millions de jeunes de 15 à 24 ans (chiffre qui devrait doubler d’ici à 2045), la population du continent africain croît plus vite que celle de n’importe quelle autre région du monde. Cette « révolution démographique » constitue un des atouts majeurs de l’Afrique : le nombre d’adultes en âge de travailler est supérieur au nombre d’enfants à charge et de personnes âgées et représente une manne inespérée de talents, de créativité et de dynamisme. Reste que cette population aura besoin d’être nourrie.

Heureusement, plus de 60% des terres arables de l’Afrique sont encore non-exploitées[1]. En améliorant l’irrigation, les équipements agricoles, le stockage, l’accès au marché, le droit foncier pour les femmes, l’Afrique pourrait subvenir à ses besoins et ensuite nourrir le monde.

Favoriser la croissance du secteur agricole est 11 fois plus efficace pour réduire la pauvreté que celle des autres secteurs[2].

Cependant, le continent a de très faibles résultats en termes de rendements agricoles, du fait d’une part de la faiblesse des investissements publics et privés et, d’autre part, du manque de main d’œuvre formée dans les secteurs clés.

« Les sécheresses, les inondations, les récoltes aléatoires, les difficultés d’accès à la terre, le manque de perspectives, etc. sont autant de facteurs qui poussent les populations (en particulier les jeunes) à déserter les campagnes. Cette migration vient nourrir le flot de travailleurs précaires des grandes villes, eux-mêmes en position d’insécurité alimentaire quasi permanente, explique Rémi Hémeryck, Délégué Général de SOS SAHEL.

Afin d’enrayer le cercle vicieux de cet exode rural improductif, il est nécessaire d’investir massivement dans l’agriculture afin de redynamiser ce secteur vital et d’encourager la jeunesse à travailler en zone rurale. »

D’après le rapport annuel du Fonds des Nations Unies pour la Population (FNUAP), d’ici à 2050, la population en âge de travailler aura plus que doublé. Une des priorités réside donc dans la formation de ces jeunes aux techniques agricoles, mais également aux méthodes de conservation et de vente, afin de permettre un réel développement local au profit des communautés.

 

[1] Commission Economique pour l’Afrique, Rapport économique sur l’Afrique 2012, Nations Unies.

[2] Baromètre de la faim 2014.