image-actualites-1

Actualités du sahel

Je m'abonne gratuitement à la Newsletter

Actualités

05/12/2013

Des risques pour la sécurité alimentaire dans toute la bande sahélienne

Du 25 au 27 Novembre 2013, la 29e réunion annuelle du Réseau de Prévention des Crises Alimentaires (RPCA) a réuni près de 200 participants (représentants de gouvernements ouest-africains, d’organisations inter-gouvernementales, d’organisations de la société civile et du secteur privé, etc.) autour de l’évaluation de la campagne agricole 2013-214 au Sahel.

 

Une campagne agricole satisfaisante…

Une analyse poussée de la situation agricole, alimentaire et nutritionnelle au Sahel, menée par les membres du réseau, a permis de confirmer une campagne agropastorale 2013-2014 globalement bonne. Aussi, la production céréalière au Sahel et en Afrique de l’Ouest est estimée à 57 millions de tonnes, soit une hausse de 16% par rapport à la moyenne des cinq dernières années. La production de riz notamment a connu une hausse importante de 31%.

…mais des vulnérabilités persistantes.

Toutefois, en dépit du bon approvisionnement des marchés avec l’arrivée des nouvelles récoltes, des risques d’insécurité alimentaire et nutritionnelle localisés persistent notamment en raison des prix des denrées toujours élevés, de déficits fourragers localisés associés à un dessèchement précoce des points d’eau. L’analyse de la vulnérabilité révèle ainsi que près de 13 millions de personnes au Sahel sont en insécurité alimentaire et nutritionnelle. La malnutrition aiguë globale a touché près de 4,5 millions d’enfants de moins de 5 ans en 2013.

Quelles solutions ?

Face à cette situation, plusieurs recommandations s’imposent: il est urgent de mettre en oeuvre des mesures structurelles au profit des populations en insécurité alimentaire et nutritionnelle. « Au Niger par exemple, les populations les plus vulnérables sont systématiquement menacées par les variations climatiques. Bien sûr, de nombreux dispositifs existent déjà, mais mettre en place des mécanismes durables d’atténuation de ces chocs pour les populations reste un défi fondamental » explique Evelyne Da-Bastin, chargée de mission Burkina Faso – Niger pour SOS SAHEL.

« Accompagner les producteurs tout au long du processus de production et de commercialisation de leurs cultures, leur donner accès à des matières premières de qualité, aux services et aux formations innovants, voilà comment permettre aux populations de répondre à leurs besoins de base et d’envisager un développement sur la durée ! »


Pour en savoir plus sur les projets menés par SOS SAHEL : http://www.sossahel.org/carte/?type=2&id=8