image-actualites-1

Actualités du sahel

Je m'abonne gratuitement à la Newsletter

Actualités

20/03/2015

22 mars : Journée Internationale de l'Eau

2015 voit s'achever la décennie (2005-2015) « L’eau, source de vie ».

L'objectif visait à encourager les efforts pour assurer le respect des engagements internationaux pris dans le domaine de l’eau et sur les questions relatives à l’eau, en mettant un accent spécial sur la participation des femmes à ces efforts.

Un thème qui concerne très directement SOS SAHEL dont de nombreux programmes appuient les initiatives de Groupements de Femmes pour assurer la sécurité alimentaire et l'hygiène dans les villages des zones rurales les plus vulnérables en Afrique sub-saharienne.

« L'eau est à la base de tout » résume Rémi Hémeryck, le Délégué général de SOS SAHEL International France. « Des aménagements pour retenir l'eau de pluie sur les sols et favoriser les récoltes aux forages au plus près des lieux de vie des villageois, des latrines pour assurer une hygiène de base aux équipements nécessaires à la mise en place de filières économiques, notre combat pour l'eau est constant. »

La pénurie d'eau, la qualité médiocre de l'eau et un assainissement inadéquat ont un impact négatif sur la sécurité alimentaire, le choix des moyens de subsistance et les possibilités d'éducation pour les familles pauvres partout dans le monde.

L'Afrique est le second continent le plus aride du monde après l'Australie. • 66% des terres africaines sont arides ou semi-arides. • 115 africains meurent chaque heure de maladies liées à cause de maladies hydriques et de manque d'hygiène. • Au Sahel, plus du quart de la population passe plus d'une demi-heure pour aller chercher de l'eau.

« L'eau est une ressource primaire dont dépend entièrement l'humanité, en particulier pour son alimentation » explique Simon Charbonneau, Universitaire spécialiste du Droit de l'Environnement (1). « Sans eau, pas d'agriculture, pas d'industrie, pas de pêche faute de ressources halieutiques, ni même d'aquaculture ! Or aujourd'hui, la surconsommation d'eau douce dans les pays plus développés due à des exigences indues de confort d'une part (de l'eau potable dans les toilettes!) et la pénurie d'eau dans le Sud d'autre part à cause de l'explosion démographique combinée aux aléas climatiques de ces régions font que la question de l'eau doit être considérée comme prioritaire, d'abord pour nourrir les hommes correctement, ensuite pour leurs autres besoins, en particulier l'hygiène ».

(1) Journal Sud-Ouest du 16 mars 2015.